Menu
Envie de suivre nos animations? Inscrivez-vous vite!

    Nom :

    Prénom :

    Adresse mail :

    Votre magasin favori :

Carte de visite
Historique

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Sa culture (Nord - Pas de Calais)

Le cresson est une plante vivace semi-aquatique, très répandue à l'état sauvage dans les eaux vives de la zone tempérée, le cresson semble avoir été cultivé dés le Moyen-âge dans la région du Nord. Gibaud, dans son Histoire de légumes (1912) indique que quelques pièces des archives nationales et départementales établissent l'existence de cressonnières dés le 13éme siècle dans divers points du Pas-de-Calais (PDC) au 14eme siècle, le cresson parait beaucoup cultivé dans la province d'Artois, aux environs de Douai et de Lens, à l'abbaye Saint-Bertin en Picardie.mais dans la région NPDC, comme dans la région Parisienne, la culture commerciale de cresson de fontaine pour l'approvisionnement des centres urbains n'a débuté qu'au 19eme siècle et s'est surtout développée après 1830. Elle a donné naissance à une série de petits bassins cressicoles dans les deux départements du Nord et du PDC, qui compte parmi les plus originaux des centres légumiers traditionnels de la région.

Le Pas de Calais est un des rares départements produisant le cresson, cette plante vivace semi-aquatique. La région autour de la Lys est bien adaptée aux cressonnières : le cresson a en effet besoin de beaucoup d'eau répondant à des critères précis : débit (oxygénation), température, PH, oligo-éléments, pureté bactériologique (contrôlée annuellement).

Seul légume frais d'hiver, cette plante semi-aquatique exige une eau claire et limpide. L'Artois- Lys, avec ses puits artésiens, répond précisément à cet impératif de pureté. Dés lors, à partir de 1925, le forage des puits artésiens se développe, favorisant l'installation des cressonnières.


C'est dans les environs de Lillers que s'est faite l'une des découvertes les plus utiles, les plus intéressantes dont l'esprit humain puisse s'enorgueillir : je veux parler des puits artésiens. Cette invention, comme beaucoup d'autres, a eu pour cause la nécessité, l'un des leviers les plus puissants du progrès. Le pays est plat, les ruisseaux et les rivières y ont peu ou point d'écoulement, ce qui rend leurs eaux peu propres aux usages domestiques. Le système des puits artésiens a été découvert par des moines de Lillers au 13éme siècle.

Un puit artésien peut donc être défini : un trou plus ou moins profond, selon la nature du terrain, formé à l'aide d'une gigantesque tarière (dite « tarelle) que remplace ensuite une sorte de spatule, emmanchée de même, et protégée dans toute son étendue contre les éboulements par une buse de métal, comme disent les artésiens.